Planète occéan

Les abysses

Le terme abysse (du grec ancien ἄβυσσος, ábyssos, signifiant « sans fond, d'une profondeur immense ») désigne l'ensemble des zones très profondes d'un océan. Comme les caractéristiques environnementales de ces zones sont partout les mêmes, on utilise pour les dénommer globalement le terme abysses au pluriel. Aussi appelés grands fonds océaniques ou grandes profondeurs, les abysses occupent les deux tiers de la planète terre. Au singulier, un abysse correspond à un point de profondeur extrême, comme la fosse des Mariannes qui est l'abysse le plus profond connu (11 000 m ).

La zone abyssale se situe au-delà de 4 000 m de profondeur et peut être considérée (avec la zone hadale qui se trouve en-dessous) du point de vue hydrologique comme les abysses proprement dits. Cependant, la zone bathypélagique qui va de 1 000 m à 4 000 m de profondeur est souvent considérée comme faisant partie des grands fonds car elle en possède les caractéristiques : absence totale de lumière, grand froid, et haute pression.

Pour la biologie, l'eau « profonde »1 commence à une profondeur moindre en incluant aussi la zone mésopélagique (entre 200 m et 1 000 m), située en-dessous de la thermocline pour ce qui est de la température, et en-dessous de la zone photique pour ce qui est de la lumière (à 150 mètres de profondeur dans les océans, 99 % de la lumière solaire a été absorbée). C'est alors toute la zone aphotique qui est considérée : zone bathyale (zone mésopélagique + zone bathypélagique), zone abyssale et zone hadale.

On a longtemps pensé toute vie impossible dans les abysses, pourtant les premiers bathyscaphes y découvrirent, dans les années 1970, un foisonnement de vie au sein d'écosystèmes inconnus, à proximité d'importantes ressources minérales. Aujourd'hui, certaines sources hydrothermales profondes (fumeurs noirs) sont associées à une des principales hypothèses quant à l'origine de la vie sur Terre. Il existe aussi un certain nombre de Poisson abyssal. Les abysses restent néanmoins très mal connus ; à l’heure actuelle, 95 % des abysses restent inexplorés, les grands fonds sont cartographiés avec bien moins de précision que la Lune et davantage d’hommes sont allés dans l’espace qu'au plus profond des océans2,3